dimanche 6 décembre 2009

Hiver artique, Arnaldur Indridason

Présentation de l'éditeur :
Le corps d'un petit garçon était couché dans la neige lorsque la voiture d'Erlendur est arrivée au pied de l'immeuble de banlieue, en cette fin d'après-midi glaciale de Reykjavik. II avait douze ans, rêvait de forêts, ses parents avaient divorcé et sa mère venait de Thaïlande, son grand frère avait du mal à accepter un pays aussi froid. Le commissaire Erlendur et son équipe n'ont aucun indice et vont explorer tous les préjugés qu'éveille la présence croissante d'émigrés dans une société fermée. Erlendur est pressé de voir cette enquête aboutir, il néglige ses autres affaires, bouscule cette femme qui pleure au téléphone et manque de philosophie lorsque ses enfants s'obstinent à exiger de lui des explications sur sa vie qu'il n'a aucune envie de donner. La résolution surprenante de ce crime ne sortira pas Erlendur de son pessimisme sur ses contemporains. Dans cet impressionnant dernier roman, Indridason surprend en nous plongeant dans un monde à la Simenon. Il a reçu pour ce livre et pour la troisième fois le prix Clé de Verre du roman noir scandinave.



Ce que j'en dis :
Hou là ! J'avais lu deux romans de cet auteur avant de commencer celui-ci sans un grand enthousiasme. Faut me comprendre j'ai du mal avec cet auteur car son personnage me fait rappeler le commissaire des policiers de Henning Mankell. Mais celui-ci m'a surpris : il m'a accroché dès les premières pages .

On tourne un peu autour du pot bien sûr mais c'est moins tiré par les cheveux (du moins c'est mon avis). L'auteur traite un sujet fort intéressant : l'immigration, l'insertion dans un culture complètement différente et surtout le racisme.
Pour ça, il a choisi comme victime un garçon d'une dizaine d'année dont le père est islandais et la mère thailandaise. Son demi-frère a disparu... Le détective Erlendur mène l'enquête et se retrouve face à de drôle de numéro qui ne cachent pas leurs mépris, leurs idées sur les étrangers et comment doit être le pays. L'équipe de Erlendur interroge tout le monde : élèves, profs, voisins, etc.
Puis ils cherchent aussi le motif du crime : racisme ? gang ? mauvais endroit au mauvais moment ?


Pour moi c'est le meilleur que j'ai lu de l'auteur à présent et la personne qui me l'a prêté m'a dit pareil.
En tout cas, si vous souhaitez découvrir cette auteur, je vous recommande de commencer avec ce roman là !!!

3 commentaires:

BMR & MAM a dit…

Paradoxalement, c'est l'épisode que j'ai le moins aimé chez Indridason (et je les ai tous lus !).
Le meilleur (à mon goût) est sans doute L'homme du lac (dont je propose un extrait sur mon blog).
Mais bon, l'essentiel est d'entrer dans l'univers d'Indridason, peut importe la porte !
À noter aussi, La cité des jarres adapté au ciné : Jar City, maintenant en DVD (très fidèle et très intéressante mise en images).

http://bmr-mam.over-blog.com/article-5941215.html

Nini a dit…

Merci de votre commentaire. Je dirais juste que chacun aura son préfère de l'auteur qui peut diversifier d'une personne à une autre comme vous l'avez noter sur votre com ;-)

dasola a dit…

Bonjour, cet hiver arctique est un bon opus mais pas forcément mes préférés qui restent la cité des jarres et la femme en vert. Le dernier: Hypothermie est très très bien. Vivement les tomes suivants Bonne soirée.

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr