dimanche 2 août 2009

Miss Charity, Marie-Aude Murail

Présentation de l'éditeur :
Charity est une fille. Une petite fille. Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d'échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l'église, à la rigueur. Les adultes qui l'entourent ne font pas attention à elle, ses petites sœurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d'ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l'espoir qu'un jour quelque chose va lui arriver...


Ce que j'en pense :
Le début de ma lecture avait commencé fort puisqu'il y manquait quatre pages de texte ! Sinon, le roman en lui même tourne autour de Charity Tiddler, la narratrice de l'histoire dans les années 1880. Pas facile d'être une fille de bonne société : elle est une enfant plutot calme, malgrès sa grande curiosité comme tout enfants de son âge,qui appréciet la compagnie des amimaux que celles de ses semblables. En effet, Charity est une filette bien solitaire, ses jeunes soeurs étant décédées, pas d'amis. Elle est très proche de sa bonne Tabitha. Donc elle se réfugie dans son monde qui est composé d'une ménagerie situé au troisième ètage, sa nursery. Elle note tout ce qui concerne ses recherches sur ses amies les animaux qui l'entourent. Plus tard, elle apprendra l'aquarelle et se mettra à les peindre...
Donc je l'ai suivie de son enfance à sa vie adulte. Elle ne correspond pas aux moeurs de son époque et parait comme une marginal, une simplette...Pourtant à la fin du roman, on peut y retouver des petites traces sur le sujet de l'émancipation de la femme.

Durant cette lecture, je n'ai pu m'empêcher de comparer Charity à Beatrix Potter (à qui on lui doit les aventures de "Peter the rabbit" : Pierre, le lapin). Beaucoup de points en commun entre le personnage de Charity et de Beatrix. D'après ce que j'ai lu en faisant quelques recherches, l'auteur Marie-Aude Murail voulait rendre hommage à ces femmes qui ont du se battre pour se faire accepter pour ce qu'elles étaient dans une société où il était hors de question d'entendre paler d'émancipation des femmes (un sujet du roman qu'on retrouve bien, surtout lorsque Charity racontre des hommes surpris à avoir à faire à une jeune femme) : des femmes de lettres.
Cela ne m'a pas emecher de dévorer le livre (deux jours) car j'aime beaucoup les illustrations et textes de Beatrix Potter, et ca m'a fait plaisir de lire une histoire basé sur sa vie. Puis, Charity est un personnage attachant vis à vis de ses amais les bêtes.
Le roman a des belles illustrations,et pour ceux qui connaisent B. Potter se sera facile pour eux de reconnaitre quelle histoire on parle ;-)

Cela a été une très belle lecture pour moi.

1 commentaires:

Mimi a dit…

Bonjour Nini, me voici de retour sur tes lectures et un peu de rattrapage à faire ici :)) un résumé qui semble raconter une merveilleuse histoire avec cette petite fille qui, finalement, s'est créé « son » monde à elle avec juste ce qui l'entoure très près. Hors de la société elle apprend tout de même un tas de choses et semble garder aussi un bon équilibre psychologique.

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr