lundi 25 avril 2011

Le tailleur de pierre, Camilla Lackberg

Présentation de l'éditeur :
" La dernière nasse était particulièrement lourde et il cala son pied sur le plat-bord pour la dégager sans se déséquilibrer. Lentement il la sentit céder et il espérait ne pas l'avoir esquintée. Il jeta un coup d'oeil par-dessus bord mais ce qu'il vit n'était pas le casier. C'était une main blanche qui fendit la surface agitée de l'eau et sembla montrer le ciel l'espace d'un instant. Son premier réflexe fut de lâcher la corde et de laisser cette chose disparaître dans les profondeurs... " Un pêcheur de Fjâllbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu'un l'a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ? Alors qu'Erica vient de mettre leur bébé au monde et qu'il est bouleversé d'être papa, Patrik Hedstrôm mène l'enquête sur cette horrible affaire. Car sous les apparences tranquilles, Fjâllbacka dissimule de sordides relations humaines - querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles - dont les origines peuvent remonter jusqu'aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps. Mais lui vouer une haine éternelle.


Mon petit mot :
Je l'ai lu il y a une semaine ou deux, et je l'avas emprunté comme ca à la bibliothèque sans trop y croire : je n'avais pas vraiment accroché aux deux premiers volets.

Mais celui-ci m'a beaucoup plus.
Nous retrouvons bien sur Erica et Patrick. Erica est à la maison suite à la naissance de leur fille...et ca ne va pas fort pour elle au niveau moral. L'auteur dans son cas, y traite d'un sujet qui se rapproche de la dépression post-natale.

Quand à Patrick, qui se culpabilise pour ne pas être si présent dans son foyer et aider sa jeune compagne, doit mener une enquête assez difficile : la découverte d'un défunt enfant n'est jamais facile et encore moins lorsqu'il découvre avec ses équipiers que cet enfant a été tué. Ils se retourneront éventuellement vers des prédateurs d'enfants...
Puis est-ce que Sara, la victime, était si ange que ca ? Ou plutot diable ? Qu'a-t-elle fait ou vu pour qu'on s'en prenne à elle ?

En parallèle aux courts chapitres de l'histoire, il y a la voix du "passé" : Agnes, jeune fille de la bonne société, élèvé par son père qui bascule dans le fond en faisant un mauvais calcul et elle le paiera cher. Voix du passé assez intéressante quand on sait qu'elle nous permet de discerner le caractère du meurtrier et à nous de deviner qui ? !
Le rythme et suspense sont bien maintenue lors de la lecture. Entre quelques frivolité entre voisins, squelettes dans le placard...


Petite parenthèse, pour revenir à la soeur d'Erica, Anna, on revient par moment à celle-ci et à la fin du roman j'ai espèré qu'elle a commis un certain fait. Obligé d'attendre d'avoir lu le roman suivant pour savoir.

4 commentaires:

Perséphone a dit…

Je suis contente que tu aies aimé Le tailleur de pierre. L'Oiseau de mauvais augure est vraiment bien.

Tu n'avais pas accroché avec les deux premiers? J'avais bien aimé.

J'attend avec impatience de pouvoir lire "L'enfant allemand" qui a l'air très prometteur!

Perséphone

Nini a dit…

Salut,

Non, je n'avais pas du tout accroché aux deux premiers : je les avais trouvé un peu long, ennuyeux malgré le côté psychologique qui avait l'air intéressant. Mais je m'étais dit : essayons avec le 3eme opus et si ca passe pas, on arrête :)
J'ai lu la semaine dernière l'oiseu de mauvais augure. Je susi en retard dans ma mise à jour des articles , c'est mon amie Heureuse qui va être contente ;-)

Perséphone a dit…

J'espère que tu as aimé L'Oiseau de mauvais augure, je l'avais trouvé captivant!

Les auteurs nordiques étaient à l'honneur au salon du livre et j'ai été surprise de voir combien d'auteurs il y avait, alors qu'ici on en connait que quelque uns seulement...

Nini a dit…

Oui, je me souviens d'avoir lu la liste des auteurs. J'en connaissais déjà pas mal du fait d'être en Finlande ( :p ), et de plus souvent leurs romans sont traduis en anglais et pas encore édité en Fance.
Des fois c'est le contraire. Je pense à une auteur norvégienne. J'ai lu son premier roman en anglais. Depuis deux ans j'attend les 2 suivant étant donné que c'est une saga. Par contre en France, les 3 romans sont traduit :/

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr