mercredi 13 mai 2009

Lorsque j'étais une oeuvre d'art, Eric-Emmanuel Schmitt

Présentation de l'éditeur :
Parce qu’il se sent médiocre et inexistant, un jeune homme va se suicider quand un artiste mégalomane suspend son geste. Il lui propose d’acheter son âme et son corps pour en faire une sculpture vivante, sublime ou monstrueuse, et une marchandise planétaire. Le désespéré accepte le pacte et l’opération, se laisse déshumaniser, et exposer aux yeux des foules, sous le nom d’Adam-bis. Mais peut-il abdiquer entièrement son humanité ? Grâce à l’amour d’une jeune-femme, « l’œuvre d’art » tente alors de sortir de l’emprise de son créateur et de retrouver sa conscience perdue. Cette fable excentrique, inquiétante et comique nous entraîne dans un monde rongé par le narcissisme, le culte du simulacre et de l’apparence, le totalitarisme de l’image : le nôtre.


Ce que j'en dis :
L'histoire d'un jeune homme de 20 ans qui décide de se suicider lorsqu'un bienfaiteur parvient à lui laisser 24h por le faire changer d'avis. Le bienfaiteur y arrivera...
Roman qui a pour sujet la confiance en soi, l'importance de l'apparence (soit dit en passant la beauté )cette histoire nous fait rappeler que la beauté vient avant tout de l'intérieur d'un être. Car ce jeune homme ne désirait quune chose : attiré les regards comme ses deux frères ainés. Il y parviendra en signant un pacte avec le "diable" et se rendra compte bien trop tard de ses erreurs. Et puis, qu'est ce qu'il est à la fin ? Un être humain ? Une oeuvre d'art ? Ce qui revient à dire à un objet. Je n'en dirais pas plus pour éviter de gacher la lecture á ceux qui souhaitent le lire.
Ce qui m'a plus dans ce roman, c'est la "moral" qu'on y trouve. Pour l'exprimer, je me refere à cet extrait :
"- Il est victime de notre époque. Ou plutôt du discours que notre époque tient sur elle-même. On nous dit que l'apparence est importante, on nous propose d'acheter des biens et des services qui changent ou améliorent notre apparence - vêtements, régimes, coiffures [...] Il a dut être malheureux lorsqu'il s'est cherché là où il ne pouvait pas se trouver : dans les apparences."
Un roman que j'ai beaucoup aimé. je pense qu'il interresera Mimi, Romain et éventuellement Heureuse.

1 commentaires:

Mimi a dit…

T'as tout à fait visé juste !! à la lecture j'ai tout de suite pensé que j'aimerais bien ce roman, intensité, profondeur, psychologie, réflexion et morale. Bref une histoire qui comporte tout cela est un régal pour moi. Noté ! bises Nini et bon début de semaine à toi.

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr