mercredi 18 mars 2009

Ulysse from Bagdad, Eric-Emmanuel Schmitt

Présentation de l'éditeur :
Saad veut quitter Bagdad, son chaos, pour gagner l'Europe, la liberté, un avenir. Mais comment franchir les frontières sans un dinar en poche ? Comment, tel Ulysse, affronter les tempêtes, survivre aux naufrages, échapper aux trafiquants d'opium, ignorer le chant des sirènes devenues rockeuses, se soustraire à la cruauté d'un geôlier cyclopéen ou s'arracher aux enchantements amoureux d'une Calypso sicilienne ?

Mon avis :
Honnêtement, j'ai été un peu dérouté par ce dernier roman d'E.E Schmitt. Je dois reconnaitre que j'en ai pas beaucoup lu (
L'enfant de Noé, L'évangile selon Pilate, Oscar et la dame rose, et, Odette Toulemonde) et que ces lectures traitaient d'autres sujets.
Les premières pages m'ont parut un peu longue. Puis il y cette touche que je ne lui connaissais pas mais qu'on retrouve chez M. Levy, et G. Musso...je ne lui en veux pas, j'étais juste surprise et ayant lu un Marc Levy quelques semaines avant...
Quand au sujet de son roman, et de son personnage, qui m'a paru fort sympatique, "Saad Saad qui veut dire Espoir Espoir en arabe ou triste triste en anglais" m'ont beaucoup plus. L'auteur touche un sujet sensible, qui est toujours au coeur de l'actualité : la clandestinité ; les sans-papiers. Sans oublier ce qu'il va avec bien souvent en backgroud : la guerre. Son personnage héroique sera Saad qui rêvera à une certaine destination en Europe. On le suivra alors dans ses "démarches" pour quitter son pays, sa famille pour un mon de meilleur. Comment s'y prendra-t-il ? Qu'est-ce que cela lui coutera ?
On le suivra également dans ses sentiments : partagé entre l'espor et le désespoir. Faire attention à ne pas se faire prendre par les douaniers...
E.E Schmitt nous décris les conditions des voyageurs clandestins tel qu'il doit être dans la vie . Extrait : "Nous nous agglutinames. De toute facon, il n'y avait que deux solutions : soit nous empiler à l'horizentale avec la certitude qu'étoufferaient ceux du dessous, soit nous serrer, le bras de l'un dans les côtes de l'autre, les épaules de celui-ci dans les omoplates de celui-là. heureusement, chacun, par respect pour lui-même et ses compagnons, s'était astiqué pour la route ; les vêtements n'empestaient pas la sueur ou le gras, les peaux ne sentaient pas ni la crasse ni l'urine [...]".
Puis arriver à un pays où des gens aideront distraitements les sans-papiers à se cacher. Fait réel puisque je me souviens d'avoir vu un petit reportage dessus. Ces personnes risquent la prison comme les passeurs.
mais la question qu'on pourra se poser, du moins moi je me la suis posée, est-ce que Saad sera heureux une fois arriver à sa destination ?
Finalement un roman qui m'a plu par l'écriture de l'auteur comme à son habitude, et qui m'a touché. Un roman qui laisse réfléchir.

2 commentaires:

Mimi a dit…

Salut Nini, alors c'est lui l'auteur d'Odette Toulemonde?? je voulais louer le film...

Une histoire qui me paraît bien intense et profonde. Je ne connais pas l'auteur donc ne connaît pas son style. Il semble parler ici de bien des choses de la vie et la réalité.

Salut et merci pour celui-ci, bisous.

Nini a dit…

En fait j'ai d'abord connu cet auteur avec " Oscar et la dame rose" que j'avais trouvé sur un forum litteraire fermé maintenant. Puis j'avais remarqué que Heureuse en avait lu aussi et en parlé sur ses blogs. C'est un auteur que j'apprecie beaucoup. Je l'ai conseillé a mon frere avec certains titres, il a commencé avec "Odette Toulemonde" et m'a dit qu'il aimait beaucoup...
Je pense que certains de ses romans devraient te plaire ;)
Mais son dernier (celui-ci) est tres profonde comme tu dis...quand tu le ferme, tu y penses :)

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr