vendredi 20 mars 2009

La grammaire est une chanson douce, Erik Orsenna

Présentation de l'éditeur : Jeanne, la narratrice, pourrait être la petite soeur d'Alice, précipitée dans un monde où les repères familiers sont bouleversés. Avec son frère aîné, Thomas, elle voyage beaucoup. Un jour leur bateau fait naufrage et, seuls rescapés, ils échouent miraculeusement sur une île inconnue. Mais la tempête les avait tant secoués qu'elle les avait vidés de leurs mots, privés de parole. Accueillis par Monsieur Henri, un musicien poète et charmeur, ils découvriront un territoire magique où les mots mènent leur vie : ils se déguisent, se maquillent, se marient.

Mon avis :
Premier roman que je lis de cet auteur et j'ai beaucoup aimé son style d'écriture assez simple. L'auteur joue avec les mots, et ca se voit durant la lecture de cette courte histoire. Histoire avec quelques illustrations forts sympathiques.
Histoire trop courte à mon gout car elle m'a permis de voir la grammaire d'une autre facon, et surtout de la rédécpuvrir avec plaisir. Dommage qu'on nous fait pas voir la grammaire sous cette facon à l'école, j'aurai peut-être plus facilement accroché ! Un livre à lire et à relire !

Extraits : "[...] Ce matin-là, ils étaient trois, un pou, un hibou et un genou. Ils se moquaient d'une marchande qui leur proposait des "s" : - Mes "s" sont adhésifs. Vous n'aurez qu'à vous les coller sur le cul pour devenir des pluriels. Un pluriel a quand même plus de classe q'un singulier. Les trois amis ricanèrent: - Des "s", comme tout le monde ? Pas question. Nous préférons le "x". Oui, "x", come les films érotiques interdits aux moins de dix-huit ans. La marchande s'enfuit en rougissant."

"Pauvre "je t'aime". Parviendront-ils `a la sauver ? Monsieur Henri était aussi boulversé que moi. Des larmes me venaient dans la gorge. Elles n'arrivaient pas à monter jusqu'à mes yeux. Nous partons en nous des larmes trop lourdes. Celles-là, nous ne pourrons jamais les pleurer. -...Je t'aime. Tout le monde dit et répète "je t'aime". Tu te souviens du marché ? Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les emplyer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s'usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. [...]"

5 commentaires:

Heureuse a dit…

LIvre dont je lis des extraits tous les ans à mes élèves.. Of course! Là il circule dans la classe et plusieurs élèves l'ont déjà dévoré avec bonheur. Le bouche à oreille faisant, il y a de plus en plus d'amateurs!
La suite "les chevaliers du subjonctifs" est beaucoup moins bien.
As-tu lu "comme un roman" de Pennac? Je te le conseille.

Nini a dit…

Dommage que ma maitrese ou un de mes profs ne l'aientt pas fait circuler car je serais devenue amie-amie avec la grammaire.
Je n'ai pas lu celui de Daniel Pennac mais je l'ai noté :) Merci.

A u d r e y . a dit…

Coucou, je faisais un petit tour par là :) J'ai beaucoup entendu parler de ce livre, je le rajoute dans ma liste ;)
J'ai vu dans ta PAL que tu prévois de lire Mrs Dalloway de Virgina Woolf. Il est génialissime! J'ai adoré! Je l'ai étudié l'année dernière...
Bisous!

Nini a dit…

Bienvenue Audrey, ca me fait plaisir de te voir par ici ;) ca faisait longtemp que je voulais lire ce roman de V. Woolf mais je me le garde pour mes tres prochaines vacances :) Histoire de savoir le savourer au calme, avec une tasse de thé ou de chocolat chaud :p

Bises

Mimi a dit…

Un livre très original !! Une histoire qui joue avec les mots, la grammaire. Ce qu'on lit ici comme extrait est vraiment intéressant et nous montre à la fois des choses sur notre fameuse grammaire. J'aime bien.

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr