dimanche 23 mai 2010

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, Katherine Pancol

Présentation de l'éditeur :
Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud. Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant. Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

Le tourbillon de la vie… Joséphine et Philippe, Hortense et Gary, Zoé et Gaétan, Marcel et Josiane, Henriette et Junior, Shirley… les héros de Katherine Pancol continuent de valser avec leur destin au fil de nouvelles rencontres.



Mon petit mot / Ce que j'en pense :
J'avais hésité à le pré-commander, puis de le commander de peur d'être déçue vis à vis des deux volumes précédent...surtout après avoir lu des critiques assez mitigés. Puis voilà qu'on me propose de le prêter ! là je saute sur l'occasion et...

Et dès les premières, j'ai été heureuse de retrouver ces personnages. J'ai retrouvé l'écriture de Katherine Pancol que j'aime beaucoup et pourtant... lorsque je l'ai fermé ce matin, je me suis aperçue (Cécile, la personne qui me l'a prêté m'en avait fait la remarque) qu'en fait il ne se passe rien. Rien dans le sens où il n'y pas d'intrigue. Mais le roman se laisse lire, du moins pour moi c'était ainsi, retrouver ces personnages auquel je m'étais attachée et suivre leurs galères quotidiens, si ce n'est pour dire surtout sentimental car chacun à des soucis avec leurs amours. Hortense toujours égale à elle-même : super ambitieuse, égoïste, qui se créer une façade, ne pense qu'à sa carrière a pourtant un point faible...
Joséphine, a dut mal à faire le deuil, et perdue dans ses pensées envers un homme, puis on lui demande d'écrire un deuxième livre. Mais si elle ne réussissait pas ? Sur quel sujet va-t-elle écrire ? L'angoisse est là, sans parler des personnes qui n'arrêtent pas de l'interrompre dans son travail... Etc.
Ce n'est pas mon but de spoiler.


Le seul hic pour moi dans ce roman est Junior : petit génie à deux ans ! Mais au bout du compte on s'y habitue. Puis il y a aussi Henriette. J'ai été un peu surprise de la revoir, mais bon... Je dois reconnaitre que pour moi, il y avait quelques longueurs, comme il commence en avoir dans beaucoup de gros romans ces derniers temps.

Puis à la fin du livre, avec regret j'ai dut le fermer. J'aurais aimé que ca continue encore le temps de quelques pages, le temps de savoir si Hortense brisera sa carapace, où Joséphine en est avec son roman et ce qu'il adviendra de son amoureux, sans oublier Shirley...

A se demander si finalement il n'y aura pas un quatrième.

1 commentaires:

pikkendorff a dit…

Voulant me socialiser, je comptais lire un Pankol.

Cet avis mitigé va me faire gagner du temps vu la taille de ma PAL

Pikkendorff

www.quidhodieagisti.fr

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr