dimanche 19 juillet 2009

Out, Natsuo Kirino

Présentation de l'éditeur :
Toutes les nuits, quatre femmes - Masako, Yoshié, Kuniko et Yayoi - remplissent des paniers-repas dans une usine de Tôkyô. Différentes, elles le sont, mais elles ont un point commun : qu'ils boivent, les trompent, les battent ou les abandonnent, leurs maris les traitent comme des objets sans intérêt maintenant qu'elles ont vieilli. Toutes vivent le malheur d'être femmes dans un pays qui leur reconnaît peu de droits. Un jour, ce qui devait arriver arrive : l'une d'entre elles, Yayoi, finit par étrangler son mari, Kenji. Pendant ce temps, l'ex-nervi Mitsuyoshi Sataké refuse l'amour d'une de ses entraîneuses. Et se trouve pris dans la spirale d'horreurs qui suit le meurtre de Kenji. Ainsi est lancée la dynamique terrifiante qui verra ces cinq personnages s'affronter dans une lutte à mort pour la liberté, l'amour, le pouvoir et l'argent.

Mon mot à moi :
Deuxième roman policier japonais que je lis, et là encore une fois de plus, comme le premier, nous savons dès le début - voir aussi grace à la quatrième couverture - qui est le meurtrier et ses complices. L'auteur prend le temps de décrire la vie que mène ces quatres femmes en dehors de leurs vies à l'usine où elles travaillent ensemble de nuit.
Natsuo Kirino décrit avec soins le pouvoir des hommes sur les femmes (aussi bien financierement - difference de paye, de statut apres un certaine nombre d'années au même endroit - mais aussi bien sur le plan psychologique. Sans oublier jusqu'óù certaines personnes iraient pour avoir la sensation de pouvoir, de liberté.

J'ai bien aimé ce roman car malgres tout on peut se poser la question : est ce qu'elles s'en sortiront indemne de ce traquenard ? J'ai bien aimé les quatres pesonnages principaux (femmes) toutes différentes les unes des autres et pourtant le même objectif. Juste la fin qui m'a vraiment décu !! Honnetement j'ai du relire les cinq. dix, dernieres pages pour être sûres que mes yeux n'aient pas échappé à quelques choses.


Je pense que ca interresserait Mimi pour le point de vu psychologique. Sinon, je vous recommande peut etre de plutot l'emprunter.

2 commentaires:

Mimi a dit…

Eh bien encore une fois Nini tu ne te trompes pas ! En lisant ton résumé et ton mot cela m'a donné envie de le lire justement pour ce dont tu parles... je n'ai jamais été attiré par la lecture japonaise et connaît peu aussi. Mais je pense que celui-ci sera mon premier !! il est noté je vais tenter de me le procurer en librairie. Merci à toi et je t'embrasse.

Nini a dit…

Il y a des romans asiatiques quii sont tres agreable a lire. Mais ensuite c'est une affaire de gout ;-) Cela faisait longtemps que je voulais en lire sans oser puis un jour j'ai essayé.
Mais je pense que celui-ci te plaira bien comme je l'ai ecrit vis a vis des caracteres des personnages tres different mais pas tant que ca finalement...

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr