dimanche 30 octobre 2011

La vie très privée de Mr Sim, Jonathan Coe

Présentation de l'éditeur :
Max Sim, le protagoniste principal, est un antihéros par excellence, voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille ne le regarde guère, sinon pour rire sous cape), s’acceptant d’ailleurs en tant qu’échec et y trouvant même une certaine paix : l’absence de lutte, enfin. « Savoir s’accepter » devient l’un de ses mots d’ordre… À force de solitude, il finit par converser avec son GPS au long de ses pérégrinations de commis-voyageur représentant en brosses à dents dernier cri. Il tombe amoureux de cette voix désincarnée, lui imaginant même une personnalité, et les dialogues engagés avec elle partagent le lecteur entre le rire et la compassion. Le drame essentiel réside pourtant dans la relation avec son père, dont il découvre en lisant son journal qu’il était homosexuel et l’a conçu, lui, Max, par accident pourrait-on dire. Mais il va tout de même essayer de se réconcilier avec ce père et même, de lui faire retrouver son ami de cœur, l’extraordinaire Roger S. Un échec là encore, mais l’échec est l’un des ressorts du comique… Jonathan Coe renoue ici avec la veine comique tout en gardant la même complexité, la même précision, la même habileté que dans ses livres précédents. Tout à la fois drôle, bien construit et situé à la pointe du contemporain, le roman procède par mélange de genres, suite d’échos, de souvenirs récurrents, de parallèles, de rappels, pour tenter de cerner la grand interrogation : jusqu’à quel point la vie peut être considérée comme une fiction ?

Rapidement :
Je dois dire que cette lecture a été laborieuse. Je l'avais commencé en août, mais au bout d'une centaine de pages délaissé. Jusqu'au week-end dernier où j'avais décidé de lui laisser une chance. A mon avis je l'avais commencé à un moment qu'il ne me convenait pas. Mais également, pour moi, le roman était un peu long. Maxwell Sim a une vie ratée. Tout ce qu'il entreprend fini mal, voué par un échec.Il est dépressif, etc.
Le problème venant sûrement du genre de relation qu'il a eu avec son père : une relation distante, froide...jusqu'au moment où Mr Sim trouve réponse lors d'un voyage. De toute facon la présentation de l'éditeur révèle la plupart de l'histoire.
Je ne peux pas dire que je me suis ennuyée durant cette lecture mais elle a été longue, avec un personnage si négative, manquant d'enthousiasme, mais heureusement qu'il y avait de bons passages. Je dois dire que j'ai été surprise par la façon dont ca se terminait.
Mais pour moi ca reste une petite déception à côté de "testament à l'anglaise" et "La pluie avant qu'elle tombe" du même auteur que j'avais beaucoup apprécié.

4 commentaires:

Heureuse a dit…

Exactement ce que j'ai dit d'une "touche d'amour". A ne pas lire donc :((

Nini a dit…

Honnêtement si tu ne veux pas perdre de temps avec, non ne le lis pas !

Anonyme a dit…

Non,pas d'accord. Je lis ce livre en ce moment, en anglais. Il me plaît beaucoup.
Barbara

Nini a dit…

Bonjour Barbara, sache que c'est mon point de vue. Peut être qu'après j'aurais du le lire en anglais et j'aurais accroché plus facilement :/

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr