dimanche 16 octobre 2011

Full dark, no stars (Nuit noire, étoiles mortes) ; Stephen King

Présentation de l'éditeur :
«Je crois qu'il y a un autre homme à l'intérieur de chaque homme, un étranger ..." Wilfred Leland James écrit dans les premières pages de fascinante confession qui constitue '1922 ', le premier dans ce quatuor de contes sombres et fascinants par Stephen King, liés par le thème de la vengeance. Pour James, cet étranger est réveillé quand sa femme Arlette propose la vente hors de la ferme familiale et le passage à Omaha, mettant en marche le train qui lui donnera l'envie de l'assassiner, pur folie. 
Dans «Driver Big», un écrivain agréable et mystère nommée Tess rencontre un étranger le long d'une route de retour dans le Massachusetts où elle prend un raccourci après un engagement club-livre. Violée et laissée pour morte, les parcelles de Tess font d'elle la naissance d'une vengeance qui va lui apporter face à face avec un autre étranger: l'un à l'intérieur même. 
«Extension équitable», la plus courte de ces contes, est peut-être plus méchant et certainement le plus drôle. Faire un pacte avec le diable, non seulement économise Dave Streeter d'un cancer mortel, mais fournit richesse, récompense pour une vie de ressentiment. 
Lorsque son mari de plus de vingt ans est loin d'un de ses voyages d'affaires, Darcy Anderson cherche des piles dans le garage. Son orteil frappe contre une boîte sous une table de travail et elle découvre l'étranger à l'intérieur de son mari. C'est une découverte horrifiante, rendue avec une intensité hérissé, et elle se termine définitivement par "un bon mariage». 
Comme les différentes saisons et FOUR past midnight, ce qui a généré ces films à succès durable que The Shawshank Redemption et Stand by Me, " Full dark, no stars", de Stephen King prouve un maître de la forme longue histoire.

Mon petit mot dessus :
Des nouvelles que j'ai bien aimé pour leur noirceur. Car après tout, selon les circonstances dans lesquels nous nous trouvons, nous avons surement tous en nous, un "autre moi" plus sombre que celui que nous sommes.
Quatre nouvelles intéressante dont toutes ont pour sujet la vengeance avec ce personnage au plus profond de sois même, et, sans oublier les descriptions digne du roi King. 
1ère :  Assez macabre et beaucoup de folie pour la première. Les années 20 avec la crise après guerre, sans oublier celle qui touche l'économie. Les femmes n'avaient pas leurs mots à dire, et encore moins en ce qui concerne une ferme. Le narrateur se confit comme pour soulager sa conscience, ayant entrainé son fils dedans. Fils qui changera également. Et comment ne pas l'être après ca. Et pourtant entre les scènes macabres et la culpabilité qui engendre surement la folie à James, on dut mal à croire la façon dont ca se termine...
Je dois dire que cette nouvelle m'a paru un peu longue.
La 2ème : dans  cette nouvelle je pense qu'il y a deux cas de figure. Les victimes se sentant honteuses, se replient sur eux-même et n'en parle pas, et sont traumatisées, et pourtant continue leur vie. Puis il y a le cas comme Tess. Le dégout qui remonte mais une seule obsession en tête : vengeance. Etant une écrivain, il lui arrive souvent de parler à son animal mais jamais autant depuis ce jour où elle a croisé le chemin de cet homme alors qu'un des pneu de sa voiture a crevé. Elle comprend vite que d'une certaine façon on s'est servie d'elle comme d’appât. Ce qui renforcera sa détermination à trouver le ou les coupables et de régler leur compte.
La 3ème : comme décrit dans la présentation la plus courte mais d'une certaine façon machiavélique. Et je dois reconnaitre que je l'ai bien aimé. Un homme, d'une cinquantaine d'année, n'a plus beaucoup de temps à vivre à cause d'un cancer. Il racontre un certain drôle de bonhomme qui lui fait en quelque sorte un marché. Il peut lui donner quelques années de vie de plus mais à une condition. Le malade ne peut penser à rien mais tout en parlant sa rancœur envers son meilleur ami sort....
La 4ème et dernière, une aussi que j'ai bien aimé car même si le sujet a été vu "oh nous sommes mariés depuis x temps, mais finalement je découvre que mon mari/ ma femme est quelqu'un d'autre que je pensais". Pourtant là, j'aurais cru à une certaine fin...mais non, le maitre de l'horreur et du fantastique en a décidé autrement.

Je l'ai préféré largement à son dernier roman The dome.

3 commentaires:

Amandine a dit…

Salut,
Je tombe un peu au hasard sur ton blog,et je vois un roman de Stephen King que je ne connaissais pas du tout.Ton avis m'a donné envie de le livre,dis moi c'est un livre récent?
Merci d'avance.
++ Amandine

Nini a dit…

Salut Amandine, c'est un des dernier Stephen King à mon avis, sortit en juin ou juillet dernier. Mais je ne suis pas sûr qu'il soit traduit en français. Bonne lecture si tu le lis :)

Amandine a dit…

Merci de m'avoir répondu,j'essaierai de le trouver,au pire je commanderai.Le sujet général du livre me fait penser un peu à la part de l'autre d'Eric Emmanuel Schmitt ou encore le passager de Grangé.D'une façon différente il traite de la part d'ombre chez chacun de nous.
++

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr