lundi 9 avril 2012

You deserve nothing, de Alexander Maksik

Présentation de l'éditeur :
Situé dans Paris, dans une école internationale pour les fils et filles de familles riches, You deserve nothing est une histoire captivante de la puissance, l'idéalisme, et la moralité.

William Silver est un jeune professeur talentueux et charismatique dont les méthodes conventionnelles font froncer les sourcils parmi ses collègues et supérieurs. Ses élèves, cependant, lui sont consacrés. Son enseignement de Camus, Faulkner, Sartre, Keats et d'autres âmes sœurs insufflent la vie à leur sens de la justice sociale et de leurs capacités de réflexion philosophique et éthique. Mais à l'insu de ses élèves en adoration, Silver se révèle incapable de vivre la hauteur des idéaux qu'il encourage dans d'autres. Émotionnellement marqué par des échecs dans sa vie personnelle et conduit à la distraction par la sensualité et  irrésistible lumière de Paris et sa beauté, Silver succombe à une tentation qui va changer le cours de sa vie. Sa chute sera de lui rendre un criminel aux yeux de certains, et trop humaine dans les yeux des autres.
 
Dans une prose élégante Maksik, Paris est sensuelle, éclatante et dangereusement séduisant. Il s'en sert de toile de fond idéale pour une histoire dramatique sur la tension entre le désir et l'action, et sur la relation complexe qui existe entre nous-mêmes publics et privés.


Rapidement :
J'avais emprunté ce livre à la la bibliothèque sans vraiment prêter attention à la quatrième de couverture. Son titre et sa couverture avaient accroché mon regard.
L'auteur décrit en Paris une ville sensuelle, charmeuse. Avec certains fonds politiques qui avaient fait l'actualité d'alors.
L'histoire même est partagé en trois voix : Gilad, jeune étudiant qui a l'habitude de déménager et espère de faire de Paris sa ville. Étudiant solitaire, il sera charmé par les cours de philosophie de William Silver dont il le perçoit comme un modèle à suivre. Chez lui, ce n'est pas la joie entre ses parents et des problèmes conjugaux. 
Marie, étudiante française, qui lors d'une soirée, sa meilleure amie lui présentera le professeur Silver. Sa meilleur amie qui fantasme sur lui, sans la comprendre, se piègera elle-même dans une relation interdite.
Puis la troisième voix qui celle du professeur William Silver. Dix étudiants sélectionnés pour cette section particulière pour parler de philo. Donnant conseil à ses élèves, les orientant comment découvrir telle œuvre, lecture. Cela fait trois ans qui vit à Paris, il a un passé douloureux. Sa collègue la plus proche Mia, cherche à persévérer, à entrer dans sa bulle...y arrivera-t-elle ? 
Le point commun entre ces trois protagonistes est tout simplement William le noyau de l'histoire. Tout tournant autour de lui. Comment ne pas mêlé vie privée avec sa vie public ? Quelle est la limite ? Pourtant il sait ce qui joue en jeux mais n'empêche...
Une lecture que j'ai apprécié pour certains point levé dans la philosophie - même si je ne m'y intéresse guère - disons des passages qui me parlaient plus que d'autres. Certes Silver a une manière d'enseigner pas très conventionnelle mais sa perspective avait d'un certain côté un bon sens. J'ai bien aimé sa vision sur le fait que chaque lecteur interprète à sa façon une lecture, ne serait-ce qu'une seule phrase subtile.
A travers le personnage de Gilad, nous le suivrons dans Paris, comment il admire son prof, et surtout son évolution à s'ouvrir aux autres doucement.
Quand à Marie, pareillement même si nous savon où cela la mènera...

2 commentaires:

Lucie a dit…

Salut Nini,
J'ai commencé ce livre mais même si j'ai bien accroché au premier chapitre, mon attention a été happée par d'autres. Je vais donc tenter de m'y replonger.
A+
Lucie

Nini a dit…

Salut Lucie,
J'espère que ta deuxième tentative fera que tu as accrocheras. Je dois reconnaitre que ce livre là tombait plus ou moins à pic par rapport un moment de ma vie...les sujets traités me plaisait bien. Mais j'ai pris mon temps de le le lire en faisant des coupures ;)
A+

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr