dimanche 26 février 2012

Le passager, Jean-Christophe Grangé

Présentation de l'éditeur :
Je suis l'ombre. Je suis la proie. Je suis le tueur. Je suis la cible. Pour m'en sortir, une seule option : fuir l'autre. Mais si l'autre est moi-même ?

Moi :
Avec une telle présentation de l'éditeur, et voyant le gros pavé que c'est ( près de 750 pages) même pas peur, je l'ai emprunté...et dévoré en un week-end !
Oui, j'ai lu ce gros livre en un week-end tellement j'étais dedans. Dès les premières pages, j'ai eu peur de l'avoir lu : le personnage principal s'appelant Mathias. Soit c'est moi, soit Mr Grangé adore ce prénom car il me semble retrouver ce prénom dans deux autres de ses romans. Soit dans beaucoup de thriller,les hommes s'appellent ainsi. Si quelqu'un s'est fait la remarque merci de me le faire savoir, ca me rassurerais :)
Une fois de plus Grangé a été plus que mes expectations : je l'ai trouvé beaucoup mieux et intéressant que le dernier !
Donc revenons au personnage Mathias, psychiatre dans un hôpital psychiatrique à Bordeaux - désolée mais faut que je le dise que j'étais toute excitée au fait que l'histoire se passe dans le sud-ouest ^^ - il nous raconte un de ses rêves. Quelques pages plus loin, on lui amène un nouveau patient qui a perdu la mémoire mais qui se souvient de ce rêve. 
Ce patient n'était pas loin d'une scène de meurtre. Meurtre mise en scène par rapport à un des mythes grecs - point supplémentaire pour me faire encore plus lire ce livre : j'adore les légendes et mythologies.
L'enquête prend place. Le psychiatre, Mathias, quand à lui, cherche à savoir qui est son patient amnésique. Son patient fait d'un cas rarissime en matière psychologique en France, voir en Europe mais très reconnu aux Etas-Unis : un passager sans baguage. Une personne efface inconsciemment sa mémoire pour en recréer une. 
Entre temps l'enquête de la police et du psy s’entrecroisent pour le meilleur et le ...pis.
Car Mathias est reconnu par d'autres personnes sous un autre nom. Est-il lui aussi un "passager sans bagages" ? Et combien d'identités / de crises a-t-il eu par rapport à sa vraie identité ? Qui est-il vraiment ? Est-il le meurtrier ? Autant de questions sans réponses. Une enquête sur lui-même s'ouvre alors que la police lui court après. Anais, inspectrice, croit en son innocence. Elle même mal dans sa peau, névrosé, qui a un passé lourd ou du moins son père avec qui elle a coupé tout contact depuis qu'elle sait qui il est réellement.

Bref, des meurtres commis représentant la mythologie grecques, un peu partout en France. L'action se déroulant plus particulièrement dans le sud-ouest (yeah!) dans le sud-est, et Paris.
Un psychiatre qui découvre qui n'est pas celui qui prétend être et recherche sa propre identité en revivant celles qu'il a été pour remonter le fil pour remonter au meurtrier s'il ne l'est lui même. Une inspectrice névrosé qui vit dans le passé, et dont son instinct lui crie que Mathias est innocent.
Mr. Grangé nous tient avec les rebondissements et m'a fait tenir jusqu'à la fin et je dois dire que je n'ai su que vers la fin qui était le meurtrier...
Avis à tout ceux qui aiment stresser, et être pendu à une enquête comme celle-ci.

Toutes mes excuses si je n'ai pas dévoilé plus : beaucoup de mise à jour à faire :(

2 commentaires:

Céline a dit…

En tous cas ça eu l'air de te plaire !

Nini a dit…

Ca tu peux le dire ^^

 
Header image by sabrinaeras @ Flickr